TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

Étourderie

Étourderie

 

 Cette lourdeur dans la tête

Qui embête

Et déconcerte

L'esprit qui se concentre

Pour apprivoiser la douceur

Déniant toute noirceur

Qui s'entête dans la tête

En brasero de malheur

 

Elle agace

Et contamine

La beauté presque divine

Proposée par les couleurs

De la Nature qui s'éveille

Et des Amours sans pareille

Des oiseaux bourgeons et fleurs

 

Quand en ma nature morte

Le chêne reste brunâtre

Et les couleurs si saumâtres

N'ont rien que les attise

Il faut que je vous dise

Que mon tableau nature défunte

Provoque l'indolence

Et n'a pas de convoitise

 

Quand la lune se voile

Répandant l'obscurité

Les ombres s'éparpillent

Dans une danse excessive

Qu'assiège et obsède

Les nuits qui s'éternisent


*



17/09/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres