TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

Glèbe en fleur (Charneca em flor)

Glèbe en fleur

 

Remplit mon sein, d'un charme prodigieux,
Le trouble des choses douloureuses…
Sous les racines brulées naissent roses…
De mes yeux j'efface les flots… 

 
Anxiété ! Ailes ouvertes ! Que se passe
En moi ? J'entends des bouches silencieuses
Me murmurer des expressions mystérieuses
Qui perturbent mon être comme une caresse !

 
Et, dans cette fièvre anxieuse qui me submerge,
J'enlève ma tenue de morte, mon scapulaire,
Et ne suis plus, Amour, Sœur Saudade…

 
Yeux brulants en extases d'amour,
Bouche au goût de soleil, de fruit, de miel :
Je suis la glèbe rêche qui s'ouvre en fleur.


Charneca em flor



Enche o meu peito, num encanto mago,
O frémito das coisas dolorosas...
Sob as urzes queimadas nascem rosas...
Nos meus olhos as lágrimas apago...

Anseio! Asas abertas! O que trago
Em mim? Eu oiço bocas silenciosas
Murmurar-me as palavras misteriosas
Que perturbam meu ser como um afago!

E, nesta febre ansiosa que me invade,
Dispo a minha mortalha, o meu burel,
E já não sou, Amor, Soror Saudade...

Olhos a arder em êxtases de amor,
Boca a saber a sol, a fruto, a mel:
Sou a charneca rude a abrir em flor.





22/01/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres