TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

Voyages volages

Voyages volages

 

J'ai voulu faire un voyage
De ceux d'où on ne revient pas
Sur le port de mon village
J'ai pris le bateau qui m'amena

 
Et de mer en rivage
Par eau calme ou agité
J'ai vu un autre paysage
Que mes yeux a éclairé

 
Le bateau a naufragé
Me laissant solitaire
Sur une île abandonnée
Au bon milieu de la mer

 
Une nuit de pleine lune
Les paupières demi-fermées
M'apparaît une Dune
Et mes rêves se sont dilués

 
J'ai voulu faire un voyage
De ceux d'où on revient à peine
Sur la gare de mon village
J'ai pris le train qui me traîne

 
Que de paysages obscures
Mes yeux ont du contempler
Il n'avait plus de nature
Le béton l'ayant remplacée

 
Tant d'arbres centenaires
Ont du être déplantés
Pour un trouble satisfaire
Celui de la primauté

 
Mon cœur battait à peine
Quand le train j'ai quitté
Mon regard étant une benne
Remplie de fange souillée

 
J'ai voulu faire un voyage
Voulant connaître le monde
Sans oser bouger de ma cage
Vu que le monde est immonde




08/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres