TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

Débris...

Débris…

 

Que du temps perdu !
Quand l'âme s'engloutit
En égoïsme absolu
Vague anodine qui putréfie
Et  propulse l'esquif
En  naufrage imprécis
Annihilant la cohésion de l'esprit

 
Comme l'épave qui s'effondre !
Et devient esclave du temps
Pupille tourmenté de flots joncés
Cœur abimé en sinistres tourmentes
Où s'endorme l'espérance
Et aboutit l'antipathie de l'igné

 
Quand les débris s'éparpillent
Comme poussière dans le vent
Les sens deviennent coquille
Dans les embrumes du temps

 
La tour solide s'écroule !
Supprimant les perceptions
La pluie qui tombe est orage
Que se transforme en tourbillon
Et le déluge épouvantable
Ne laisse que le tourment
Ce méphistophélique aven

 
Quand l'essence se brise !
Et le miroir ce maussade
L'âme ondule et divague
Dans un gouffre ahuri
Dépourvu de fondements
Qui méritent davantage

 
Quand les débris s'éparpillent
Comme poussière dans le vent
Les sens deviennent coquille
Dans les embrumes du temps

 



10/05/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres