TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

TRANCHES DE VIE D'UNE LUPIQUE

Faut-il tomber pour mieux se relever ?!

Le moment de faire le point est arrivé. Depuis quelques mois vous lisez inlassablement mes mots noirs, me laissant des commentaires ou pas, vous êtes des amis/es assidus/es. Du font du cœur je vous remercie.

Pendant quelque temps j'ai fait une pause, les mots me manquaient, ils me fuyaient comme s'ils avaient peur de moi ou de vous… aller savoir… après tout, je les dessine sur la feuille blanche, vous leur donnez vie, couleur et sens.

Sans vous ils ne seraient que de simples arabesques posées sur une feuille vierge que demande à être rempli, sans signification, éclat ou lumière, oubliés au fond d'un tiroir ou déchirés dans une poussée de colère… comme bien d'autres avant ceux là…. Mais vous êtes là, virtuel(le)s ami(e)s qui aimez le partage et les histoires sans âge, perdues dans le temps… les tranches de vie d'une âme perdue qui cherche une issue pour sortir du néant.

 

Faut-il tomber pour mieux se relever ?!

 

J'ai laissé l'anxiété, la douleur et le doute regagner mon esprit, j'ai sombré dans le néant, comme jamais auparavant…

J'ai du parcourir les tiroirs de mon cerveau et tous leurs recoins, pour retrouver mon chemin. Il me fallait réapprendre à recommencer dans un élan mois effréné. Passer d'active à modérée ou lente suivant les jours… et le temps. Parcours trop long à mon gout. L'impatience est un de mes défauts.

J'ai trouvé qui j'ai été et suis… un seule être et deux âmes divergentes dans un corps qui subit des déréglages constants, j'ai frôlé l'abysse…

 

Un beau débat philosophique, celui là.

Le Néant !

Ni espoir ni désespoir, ni blanc ni noir, ni action, ni attente… qu'un vide à combler !

Mais difficile ! Le doute installé…

Que de rêves pleins la tête, impossibles à réaliser. Quand, dans le combat permanent l'illusion s'en va, ce qui reste ne sont qu'ombres qui survolent et voltigent à l'intérieur de nous… en vertige, sur un fil de rasoir… un souffle les équilibres… les souffles se propagent de partout sans invitation. Comme les démons, les peurs et… les incompréhensions…

La vie c'est :  Savoir rester en équilibre sur une corde souple, qui se balance au-dessus de rien, en va et vient douteux, incontrôlable et incertain.

Si on tombe ; on éparpille les morceaux qui resteront désunis dans la démence du temps…

Par contre, si après de multiples déséquilibres, on retrouve de l'assurance, marchant sur le fil mou… et on arrive jusqu'au bout, une étape est franchie et un bout de vide se rempli.

Grâce à vous et… à ce bout de vide comblé, je suis plus sereine et de nouveau prête à lutter sans relâche contre vents et marées !







12/06/2007
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres